Share Name Share Symbol Market Type
Orange. EU:ORA Euronext Ordinary Share
  Price Change % Change Share Price Bid Price Offer Price High Price Low Price Open Price Shares Traded Last Trade
  0.175 1.36% 13.03 13.01 13.05 13.03 12.815 12.85 10,068,618 16:39:37

Le plan décevant d'Orange confine la valeur au rôle de belle endormie -- DJ Plus

04/12/2019 4:14pm

Dow Jones News


Orange (EU:ORA)
Historical Stock Chart

2 Months : From Nov 2019 to Jan 2020

Click Here for more Orange Charts.


Dimitri Delmond,



Agefi-Dow Jones



PARIS (Agefi-Dow Jones)--Orange a raté son grand rendez-vous avec le marché. Mercredi vers 16h45, le titre de l'opérateur télécoms décroche de 4,5% à la Bourse de Paris, à 13,72 euros, accusant la plus forte baisse de l'indice CAC 40. Il n'avait pas connu pareille déflagration depuis le résultat du référendum sur le Brexit en juin 2016.



Le groupe a dévoilé mercredi des orientations stratégiques que les investisseurs attendaient avec impatience. Certains avaient fantasmé une annonce choc, à même de dynamiser immédiatement le cours de Bourse. Mais le nouveau plan stratégique, baptisé Engage2025, peine à convaincre. Les objectifs de la feuille de route présentée par le PDG, Stéphane Richard, et son directeur financier, Ramon Fernandez, sont jugés "prudents" par la plupart des analystes.



Pour la période 2021-2023, l'ex-France Télécom anticipe une croissance annuelle de son excédent brut d'exploitation ajusté (Ebitdaal) comprise entre 2% et 3% en moyenne, ce qui "ne serait pas si mal", remarque un courtier basé à Londres. Mais cet indicateur clé de la rentabilité ne progressera pas ou peu en 2020, a prévenu Stéphane Richard.



Selon Goldman Sachs, la faiblesse des performances en Espagne et la désavantageuse répartition du chiffre d'affaires en France expliquent cette prévision décevante. Jusqu'ici, les analystes tablaient sur une légère croissance de l'Ebitdaal l'an prochain. "Les objectifs d'Orange sont peu ambitieux à court terme, mais le sont plus à long terme", juge Goldman Sachs, résumant le sentiment du marché.



"Les investisseurs devront patienter jusqu'en 2021 et au-delà pour observer des résultats positifs plus tangibles", abonde Bryan Garnier. Le courtier est également échaudé par la hausse de 200 millions d'euros des dépenses d'investissement attendue en 2020, en raison de coûts exceptionnels. Les investissements commenceront seulement à se stabiliser en 2021, leur véritable diminution n'étant attendue qu'à partir de 2022, lorsque le déploiement de la fibre optique sera achevé en France.



Le processus de désengagement des tours est engagé



Emboîtant le pas à ses concurrents français, Bouygues Telecom, SFR et Free, ou internationaux, tels Vodafone et Telefonica, Orange a posé les bases d'une cession partielle des tours de son réseau mobile en Europe, répondant ainsi aux attentes du marché. Considérées comme non stratégiques, 1.500 tours ont déjà été cédées au groupe espagnol Cellnex, pour 260 millions d'euros. "Mais il n'y aura pas d'autres cessions concernant des infrastructures de ce type", a averti Ramon Fernandez, demandant aux investisseurs de s'armer de patience.



Avant de céder le solde de ces actifs de haute valeur, l'opérateur créera dans un premier temps dans la plupart de ses marchés européens des "TowerCos", des entités dédiées à la gestion de ces sites. A terme, Orange envisage de regrouper tout ou partie de ces structures locales, dans une "TowerCo" européenne dont il garderait le contrôle majoritaire. Le groupe pourrait ainsi profiter de l'appétit des investisseurs pour ce type d'actifs en Europe.



Selon les estimations des analystes, les 40.000 tours encore détenues par Orange en Europe sont valorisées entre 10 et 15 milliards d'euros. Le potentiel de création de valeur est donc colossal mais tardera à se révéler. "Les premiers travaux commenceront en 2020 en France et en Espagne", a indiqué le groupe.



La stagnation du dividende sanctionnée



L'action Orange a aussi viré au rouge mercredi car les dirigeants ont averti que le dividende qui sera versé chaque année au titre des cinq exercices à compter de 2019 s'inscrira à 0,70 euro par action, comme celui payé cette année. L'opérateur n'exclut pas "une hausse éventuelle" du dividende au cours de cette période. En attendant, la stagnation du coupon à son niveau actuel est qualifié de "stratégie frileuse" par Morgan Stanley. Jefferies souligne que les analystes anticipaient une hausse du dividende à 0,75 euro par action au titre de 2019, puis à 0,80 euro au titre de 2020.



Consacrée "belle endormie" de la cote parisienne par les intermédiaires financiers en raison d'un cours de Bourse en recul de 6,9% sur un an et en hausse de seulement 3,6% sur trois ans, l'action Orange vient de manquer une occasion idéale de se réveiller.



Sa valorisation, en ligne avec celle de ses concurrents, et l'éloignement de la perspective d'une consolidation du secteur des télécoms en France comme en Europe, ne plaident pas pour un rebond du titre.



-Dimitri Delmond, Agefi-Dow Jones; +33 (0)1 41 27 47 31; ddelmond@agefi.fr ed: ECH



Agefi-Dow Jones The financial newswire



(END) Dow Jones Newswires



December 04, 2019 10:54 ET (15:54 GMT)




Copyright (c) 2019 L'AGEFI SA

1 Year Orange Chart

1 Year Orange Chart

1 Month Orange Chart

1 Month Orange Chart
Your Recent History
EU
ORA
Orange
Register now to watch these stocks streaming on the ADVFN Monitor.

Monitor lets you view up to 110 of your favourite stocks at once and is completely free to use.

By accessing the services available at ADVFN you are agreeing to be bound by ADVFN's Terms & Conditions

P: V:gb D:20200118 09:57:54